May 25, 2014

WTCC Autriche

WTCC Autriche

MULLER ET LÓPEZ, SEIGNEURS DE L’ANNEAU

Profitant de sa pole position pour la course 1, Yvan Muller a remporté sur le Salzburgring sa troisième victoire de la saison. – Impliqué dans un carambolage au départ de la deuxième manche, Yvan a été contraint à l’abandon. Déjà sur le podium de la course 1, José-María López s’est imposé à l’issue d’une magnifique série de dépassements.

– José-María López accroit son avance en tête du Championnat du Monde. Il compte désormais 41 et 45 unités d’avance sur Yvan Muller et Sébastien Loeb, 4e et 7e aujourd’hui.
Dans la continuité des jours précédents, le soleil inondait le Salzburgring, invitant les spectateurs à garnir les tribunes entourant la piste autrichienne. Sur la grille de départ de la première course, Yvan Muller et Sébastien Loeb se partageaient la première ligne, tandis que José-María López était quatrième au côté de Tom Coronel.
À l’extinction des feux, Yvan Muller réussissait son envol et il abordait le freinage de la première chicane en leader. Dans son sillage, Tom Coronel doublait Sébastien Loeb… mais José-María López en profitait pour s’emparer de la deuxième place ! Les deux Citroën C-Elysée WTCC s’échappaient en tête, tandis que Sébastien Loeb cherchait l’ouverture sur Tom Coronel.
Au 8e tour, López partait à la faute en tirant tout droit à la chicane et Coronel revenait au deuxième rang. L’ordre ne changeait plus jusqu’à l’arrivée Muller s’imposait devant Coronel, López et Loeb.

Avec la grille inversée pour les dix premiers, la seconde manche promettait d’être animée. Au départ, Yvan Muller était contraint de passer dans l’herbe et il tapait le rail après avoir été percuté par un autre concurrent. La voiture de sécurité entrait en piste pendant qu’Yvan regagnait péniblement les stands. La course était ensuite interrompue au drapeau rouge, ce qui laissait le temps aux mécaniciens de réparer la C-Elysée n°1. Mais avec un tour de retard, Yvan décidait de ne pas poursuivre.
À la relance, José-María López se retrouvait derrière un groupe de quatre Civic, composé de Tarquini, Monteiro, Michelisz et Bennani. L’Argentin débutait une remontée héroïque, dépassant un à un ses adversaires à la faveur de l’aspiration dans la ligne droite. Il filait donc vers sa troisième victoire de la saison, ce qui lui permettait de creuser sensiblement l’écart au classement général. Longtemps bloqué dans le sillage de Gianni Morbidelli, Sébastien Loeb terminait septième après avoir débordé Mehdi Bennani à la mi-course.

ILS ONT DIT
Yves Matton, Directeur de Citroën Racing : « Malgré une progression sensible de nos adversaires, nous avons décroché deux belles victoires. Yvan a réussi une première manche parfaite avant de connaître un nouveau coup du sort. Pour s’imposer dans la course 2, José-María López a dû employer toute son énergie et son talent pour exploiter des réglages aérodynamiques extrêmes. Le bilan de ce week-end est très positif, puisque nous poursuivons notre marche en avant aux Championnats du Monde Pilotes et Constructeurs. »

José-María López : « J’ai pris un bon envol dans la course 1 et j’ai profité de la chicane pour m’emparer de la deuxième place. Je voulais maintenir la pression sur Yvan, mais c’est moi qui suis parti à la faute au freinage du virage n°1. Ensuite j’étais derrière Tom Coronel mais je manquais de vitesse de pointe pour le dépasser. Nous avons donc choisi des réglages aérodynamiques plus agressifs pour la course 2. Au départ, Tom Chilton s’est raté, encore plus que moi, et j’ai pu le déborder. La piste est comme un goulet, il n’y a pas beaucoup de place et je n’ai pas vu ce qu’il se passait derrière moi. À la première chicane, j’ai freiné très tard pour doubler deux autres voitures. Après le nouveau départ, j’ai pu déborder mes adversaires un par un. Ma Citroën C-Elysée WTCC était exceptionnelle avec ces réglages, elle n’en finissait pas de prendre de la vitesse dans la ligne droite ! Je ne me suis pas relâché jusqu’à l’arrivée, je suis vraiment heureux de gagner ici, sur un circuit que je découvrais totalement. »

Yvan Muller : « Lors de la première course, mon départ n’a pas été parfait, mais suffisamment bon pour que je conserve les commandes. Je n’ai pas trop attaqué dans les premiers tours, je voulais que la pression des pneus monte doucement pour éviter d’être en difficulté à la fin. Petit à petit, j’ai creusé l’écart sur Pechito, puis sur Tom Coronel. Même quand on est seul en tête, le Salzburgring reste un circuit très complexe. Pour la deuxième manche, j’ai pris un meilleur envol que Pechito, je suis revenu à sa hauteur mais il m’a tassé dans l’herbe. Je suis revenu sur la piste où j’ai été touché par une autre voiture. Les mécaniciens ont fait un travail fantastique pour réparer, mais il était inutile de repartir à un tour des autres. »

Sébastien Loeb : « La course 1 s’est jouée dès la première chicane. Tom Coronel s’est infiltré avant de me pousser dans l’herbe. Rien à dire, c’était propre et c’est comme cela qu’il faut faire en touring car ! J’ai perdu la motricité et Pechito a réussi à passer. Je ne pouvais rien tenter sur Coronel car il était moins aussi rapide que moi en vitesse de pointe. J’ai pris un excellent départ pour la course 2, en doublant plusieurs voitures dès les premiers mètres. Je me suis retrouvé dans un petit bouchon à la chicane et c’est encore Pechito qui en a profité ! Après l’interruption, je suis reparti derrière deux concurrents qui étaient impossibles à doubler dans la ligne droite. »